La coordination : une priorité

Le 19 juin 2017, dans son antenne située chez Sceaux Smart, Familles Services organisait une réunion sur l’amélioration de la coordination des interventions à domicile, un des axes majeurs stratégiques de son développement, décidé dans le cadre de son projet de services. Après plusieurs groupes de travail avec des intervenants, des bénéficiaires et leur famille, l’heure était au débriefing avec les partenaires.

Le numérique au service de la coordination

Chacun s’accorde sur le caractère indispensable de la coordination entre les différents professionnels qui interviennent auprès des personnes en situation de dépendance. Ces dernières voient défiler des médecins, des kinésithérapeutes, des infirmiers, des aides à domicile… Le partenariat entre intervenants permet de donner l’impression d’une prise en charge cohérente et d’éviter de demander plusieurs fois la même chose. Lorsque certains diagnostics sont posés (par exemple, Alzheimer) ou lorsque des changements de comportement sont constatés (agressivité, morosité, perte d’appétit), échanger entre partenaires devient même essentiel au bon déroulement des missions. Sans parler de la nécessité de se coordonner pour établir un planning d’intervention.

Depuis de longues années, Familles Services entretient une relation de confiance avec les partenaires qui interviennent dans le parcours de vie des personnes. L’idée a germé de pérenniser et renforcer ces partenariats en faisant appel au numérique, pour favoriser la transmission des données. Deux lignes directrices : la simplicité et le respect de la confidentialité.

Rencontres et formations au programme

Le groupe a convenu de développer ces moments d’échanges entre partenaires. Familles Services a d’ores et déjà établi des conventions avec des SSIAD (Service de soins infirmiers à domicile) qui ont pour effet de multiplier les rencontres entre intervenants sur le terrain. Il s’agit, par exemple, de mieux informer les auxiliaires de vie lors de la prise en charge d’un nouveau bénéficiaire. Les infirmiers et aides-soignants peuvent ainsi accompagner l’élaboration de la fiche de mission, et prodiguer conseils et recommandations relatives aux différentes situations et pathologies. Dans tous les cas, ces temps d’échanges permettent de réduire les risques et améliorer la qualité de nos services. Tous des partenaires se sont accordés pour une nouvelle rencontre avant la fin de l’année pour faire avancer ces chantiers.

Lire tous les articles